La traditionnelle fête de Saint-Corbinien revêtait ce dimanche 11 septembre 2016 une dimension toute spéciale. Les textes du jour semblaient être choisis tout spécialement pour ce triste jour anniversaire pour le monde. Mais plus de 1000 personnes étaient présentes, pour prier pour les victimes des attentats, prier pour la paix, prier pour les diacres du diocèse qui renouvelaient leur engagement, prier pour les diacres qui fêtaient leur jubilé.

Extraits de l’homélie de Mgr Dubost

Quand je lis les journaux, les messages sur le net, je suis inquiet de voir notre société se durcir, se diviser… Je vous propose de réfléchir tous ensemble et que nous agissions en chrétiens.
Les textes d’aujourd’hui nous présentent des personnes affrontées au mal - Moïse (Ex 32, 7-11.13-14)
Son peuple se met à adorer une idole. Il prie Dieu non seulement de transformer son peuple, mais aussi de ne pas se mettre en colère.

- Paul (1 Tm 1, 12-17)
C’est l’image du jeune radicalisé. Il va en Syrie avec l’intention de tuer ceux qu’il pense être dans l’erreur.
- Le fils aîné (Lc 15, 1-32)
Il est jaloux, ne veut pas voir son frère et se met en colère contre son père. - Saint-Corbinien : Il est à Arpajon et vit en ermite, il ne s’occupe pas des autres. Les malheurs de la Bavière, ce n’est pas son problème.
Comme ces hommes-là, nous sommes appelés à réfléchir. ..


Il y a cinq choses à faire :
- Rencontrer le Christ.
Il est venu sauver ceux qui sont dans l’erreur, il aime tous les hommes et toutes les femmes. Contempler le Christ, c’est ce qu’a fait Corbinien, il priait les psaumes, méditait l’Écriture, jeûnait, pratiquait l’hospitalité.
- Chercher la volonté de Dieu pour nous.
Corbinien a rencontré le pape. Il nous dit d’écouter l’Église qui nous aide à discerner la volonté de Dieu. Sur la statue de Saint Corbinien qui est dans la cathédrale vous pouvez voir de nombreuses griffures. Le sculpteur a voulu montrer que suivre la volonté de Dieu, ce n’est pas facile, c’est déchirant. Il faut chercher ce qu’il veut pour moi, là où je suis, sachant qu’il ne veut pas la même chose pour chacun de nous.


- Sortir
Le Pape François utilise beaucoup ce verbe. Le berger sort chercher la brebis égarée. Une femme allume pour retrouver une pièce puis rassemble ses voisines. Le père dans la parabole sort, à la rencontre de son fils cadet, mais aussi pour supplier son fils aîné. … Ne vous laissez pas enfermer dans votre milieu !
- Ne pas culpabiliser
Dieu est plus fort que nous. Le père de la parabole ne rejette pas le fils aîné, même si celui-ci ne pense pas juste. IL lui dit "tout ce qui est à moi est à toi". Dieu agit à l’identique avec nous.
- Etre sûr de la victoire
Nous sommes sûrs que le Christ rassemblera l’humanité dans la joie. Mais il le fait grâce à la Croix, en respectant la liberté de chacun. Les diacres qui sont ici nous rappellent que nous ne pouvons pas être signe de la vie éternelle si nous ne sommes pas signe de fraternité dans le monde. La certitude de la victoire ne conduit pas à imposer son avis. Le cœur de notre foi, c’est la Croix. Le Christ accepte de mourir et ne prend pas le pouvoir. Il en appelle au cœur.


Après la liturgie de la Parole, les diacres ont renouvelé leur engagement.


 

Pour lire l'histoire complète suivre la source principale evry.catholique.fr

Lire ce contenu dans notre blog CJM News