Paramé, vendredi 23 juin 2017

Avec saint Jean Eudes nous écoutons la Parole de Dieu. Le choix que notre Père Jean Eudes a fait parmi les textes de l’Ecriture Sainte a une visée contemplative : les textes nous font entrer dans une contemplation de l’amour de Dieu. C’est bien ainsi qu’il propose de commencer toutes les démarches de prière : adorer, contempler, s’émerveiller.

Mais est-il possible de contempler l’amour ? Oui, lorsque l’amour a un visage, il est possible de le regarder face à face. L’amour n’est pas une idée mais il est relation : à l’écoute de la Parole nous rencontrons Jésus, nous établissons avec lui une relation. Nous entendons l’Evangile selon saint Jean précisément dans ce moment où l’amour est incandescent, lorsque « Jésus passe de ce monde à son Père », nous contemplons l’amour devenu visible dans cette relation entre le Père et le Fils ; c’est aussi le moment où Jésus est avec ses amis et non plus seulement avec ses serviteurs. Voilà où Jean Eudes nous emmène. Il nous conduit à ce qui a été le but de toute sa vie : il nous conduit à la rencontre de Jésus, l’épiphanie de l’amour de Dieu.

Jean Eudes nous emmène au sommet pour célébrer le Cœur du Sauveur. Il nous conduit à l’acte de foi en écoutant la Parole : l’amour de Dieu s’est manifesté en plénitude en cet homme, Jésus, dans cet être humain. Puisque Jésus est « l’image du Dieu invisible », puisque celui qui le voit voit le Père, Dieu n’a pas une autre facette de l’amour qu’il n’aurait pas révélée dans la personne humaine de son Fils. Dieu n’a rien caché, il a tout donné en son Fils.

Cet émerveillement est aussi celui du Pape Pie XII dans l’encyclique Haurietis Aquas : « le Cœur de Jésus-Christ, uni hypostatiquement à la divine Personne du Verbe a, sans aucun doute, palpité d’amour et de tout autre sentiment, et cependant, tous ces sentiments étaient en parfait accord et s’harmonisaient et avec sa volonté d’homme pleine de divine charité, et avec l’amour divin lui-même que le Fils partage en commun avec le Père et avec l’Esprit-Saint, de telle sorte qu’il n’y eut jamais entre ces trois amours, aucun manque d’accord ou d’harmonie. » (n°22) Nous retrouvons la manière sublime avec laquelle Jean Eudes décrit le Cœur du Christ : « Nous avons trois Cœurs à adorer dans notre Sauveur, qui ne sont néanmoins qu'un seul Cœur par l'union étroite qu'ils ont ensemble. « lectionnaire propre 43) En raison de l’incarnation, le Cœur de Dieu nous est dévoilé.


This article complete in french by giving click here

P. Jean-Michel AMOURIAUX

 

 

Fête à Paramé

Leer en español

 

Lire notre blog CJM News. Cliquez ici

 ________________________________

OTHER MESSAGES OF THE SUPERIOR GENERAL